Les orgues

Le pays (ou canton) de Dol-de-Bretagne ne comporte que quelques orgues, majoritairement de petits instruments, mais pour certains très intéressants au niveau musical et patrimonial.

Le grand orgue de la Cathédrale est évidement l'instrument incontournable, avec ses 3 claviers, ses 42 jeux et son buffet datant du XVIIème siècle, le classant parmi les instruments les plus importants du département d'Ille et Vilaine. Mais il ne saurait occulter les petits instruments tel que l'orgue de chœur de la Cathédrale signé Louis Debierre, ou l'orgue à tendance néo-baroque de Pleine-Fougères, ou bien encore celui de Baguer-Pican avec ses 3 jeux (le plus petit orgue d'église d'Ille-et-Vilaine), d'un grand intérêt historique et musical, dû à René Fiquémont, sans oublier les fameux orgues portatifs et polyphones de la Manufacture Debierre, des églises d'Epiniac et Cherrueix.

 

Baguer-Pican

Eglise Saint-Martin


Orgue construit en 1862 par René Fiquémont (de Rennes).
Remis en état en 1908 par Claus (probablement monté en tribune).
Nouvelle remise en état par Henri Firmin en 1932 (probable installation de la turbine électrique).
Renouvellement de la turbine dans les années 1950/1960 par Othon Wolf.
Le buffet était à l'origine peint en blanc et or, il fut décapé à une date indéterminée.
Abandonné pendant plus de 50 ans, l'instrument est actuellement en cours de restauration par l'atelier breton de facture d'orgue Orglez (L'Haridon-Freyburger). 

Clavier manuel (54 notes)

Bourdon en bois 8'
Flûte en pointe 4'/8'
Flûte 4'

Clavier transpositeur.
Diapason: non déterminé


Vous pouvez nous soutenir dans ce projet de restauration, via la Fondation du Patrimoine:
https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/orgue-de-leglise-de-baguer-pican

Cet instrument précieux, d'un haut intérêt patrimonial et musical, est un des très rares témoins intact de la facture de René Fiquémont, dont l'esthétique fait référence à la facture d'orgue de l'Est de la France et d'Allemagne.
Il est l'archétype de l'orgue des paroisses rurales tel que le construisait Fiquémont dans le département d'Ille et Vilaine.

Dol-de-Bretagne

Cathédrale Saint-Samson 

Orgue de tribune
Construit à l'origine par Henri Vaignon de 1650 à 1654, dans un buffet sculpté par Pierre Lourdel, en remplacement d'un instrument encore plus ancien, attesté au milieu du XVIème siècle.

L'instrument, devenu injouable à la fin des années 1860, est totalement renouvelé par Louis Debierre en 1877, dans le style symphonique. Debierre ne conserve que la tribune et le buffet de Vaignon, pour y inclure un instrument de 26 jeux sur 2 claviers et pédalier.
En 1899, Debierre y apporte quelques modifications et perfectionnements, puis en 1948 le facteur d'orgue Othon Wolf (de Rennes), effectue les premières modifications dans le sens néo-classique.
Dans les années 1970, l'orgue est totalement à bout de souffle après plus de 20 ans de service sans jamais défaillir. Un projet de restauration et d'agrandissement voit alors le jour, sous l'impulsion du Père Jules Orrière. Après divers atermoiements, les travaux sont finalement confiés en 1977 à la Manufacture Beuchet-Debierre, sur les recommandations de l'organiste Jean Langlais, qui supervisera les travaux et inaugurera l'instrument en 1979. L'orgue est agrandi, il passe à 38 jeux sur 3 claviers et pédalier, l'esthétique évolue encore un peu plus vers le néo-classicisme, tout en conservant clairement la base symphonique de l'orgue Debierre.
L'instrument a bénéficié d'un grand relevage en 2015 par Guillaume Besnier (Manufacture Hedelin successeur), sans modifications majeures de l'esthétique sonore, tout en modernisant le combinateur de jeux. Le concert inaugural est assuré par Pierre Pincemaille, devant plus de 700 personnes.
En 2021/2022, grâce à la Fondation Langlois, l'instrument est enrichi de 4 nouveaux jeux sur le plan sonore du pédalier, passant ainsi à 42 jeux. Les travaux sont réalisés par Guillaume Besnier (sommiers) et la Manufacture Michel Formentelli (tuyaux), avec les conseils du facteur d'orgue, Bernard Dargassies. L'instrument agrandi, est inauguré par Thierry Escaich, le 20 juillet 2022.

Le buffet et la tribune sont inscrits aux Monuments Historiques depuis 1983.

Cet instrument est certainement l'un des meilleurs exemples de l'esthétique néo-classique en Ille et Vilaine et l'un des derniers grands chantiers de la Manufacture Beuchet-Debierre (qui fermera ses portes en 1981).
 

I-Positif de dos (56 notes)               II-Grand-orgue (56 notes)                   
Bourdon à cheminée 8'                     Bourdon 16'
Prestant 4'                                           Montre 8'
Quarte 2'                                              Flûte harmonique 8'
Nazard 2' 2/3                                      Bourdon 8'
Tierce 1' 3/5                                        Prestant 4'
Larigot 1' 1/3                                       Flûte 4'
Cymbale IV rgs                                    Doublette 2'
Trompette 8'                                        Plein jeu V rgs
Cromorne 8'                                         Sesquialtera II rgs
                                                               Bombarde 16'
                                                               Trompette 8'
                                                               Clairon 4'


III-Récit expressif (56 notes)            Pédale (30 notes)
Quintaton 16'                                        Flûte 16'
Flûte creuse 8'                                      Soubasse 16'*
Gambe 8'                                               Flûte 8'
Voix céleste 8'                                      Dolce 8'*
Flûte ouverte 4'                                    Flûte 4'
Flûte 2'                                                   Quinte 10' 2/3*
Plein jeu IV rgs                                     Tierce 6' 2/5*
Trompette 8'                                         Bombarde 16'
Basson-Hautbois 8'                             Trompette 8'
Voix humaine 8'                                    Clairon 4'
Clairon 4'

Tirasses: I, II, II
Accouplements: I/II, III/II, II/II en 16'
Appels anches: I, II, III, Ped
Trémolo Récit
Combinateur Eltec 8 x 999 combinaisons

Traction mécanique des notes (machine Barker au GO)
Traction électrique des jeux.

* = Nouveaux jeux 2021

Diapason: 440 Hz

Dol de Bretagne

Cathédrale Saint-Samson

Orgue de chœur 

Construit en 1895 par Louis Debierre, il s'agit d'un des premiers instruments de Debierre construit avec une traction électrique.
Relevage par Othon Wolf en 1952.
Restauration par Beuchet-Debierre en 1973, modifiant légèrement la composition sonore.
En 1976, Suite à des travaux de décapage dans la Cathédrale, un dépoussiérage est assuré par Beuchet-Debierre.

Clavier manuel (56 notes)                   Pédale (20 notes)
Bourdon 16' (B/D) Fa2/Fa#2               Tirasse permanente
Salicional 8'
Bourdon 8'
Principal italien 4' *
Plein jeu III rgs°
Trompette 8' (B/D) Ré#2/Mi3

Octave aiguë I/I 4'
Appel Fonds 8'
Appel Fonds 16'/8'/4'
Tutti 
Trémolo
Clavier transpositeur

Traction électrique d'origine

Diapason: 440 Hz

* = Ancienne Flûte octaviante 4' recoupée
°= Anciennement une Flûte harmonique 8'

Un instrument de taille réduite, mais surprenant par sa puissance sonore, il peut ainsi se faire entendre facilement dans toute la Cathédrale.

Pleine-Fougères

Eglise Saint-Martin-de-Tours

Originellement construit en 1970 par Antoine Bois (Orbey, Alsace) pour l'église d'Anneyron (Drôme), mais finalement installé en l'église Notre-Dame-de-Lourdes à Romans-sur-Isère (Drôme). Il est acheté par la commune de Pleine-Fougères en 1994 et installé dans le transept Sud de l'église par les établissements Laval-Thivolle, qui en profite apporter quelques modifications et ajouts à l'instrument (remplacement de la flûte à cheminée du Grand-orgue par un Basson-Hautbois d'occasion) et une Soubasse 16' au pédalier (jeu également d'occasion).

Suite à des travaux dans l'église, causant un fort empoussièrement dans l'instrument, celui-ci est finalement restauré par Guillaume Besnier (Manufacture Hedelin et Cie) en 2016, grâce à l'action conjointe du Père Paul Piron et de la Mairie de Pleine-Fougères (Maire: Louis Thébault) et de la Sénatrice Françoise Gâtel. Ces travaux ont permis de corriger la disposition de l'instrument dans le transept (pivotement de 50°), ainsi qu'une légère modification de la composition sonore, par le remplacement du jeu de Sifflet 1' du Grand-orgue par un plein jeu de II rgs, et une révision de l'harmonie générale.
L'instrument est inauguré le 23 juillet 2016, par les organistes Eric Cordé, Amaury Rosa de Poullois, Dominique Robert et Olivier Lacorre (trompettiste).

Un instrument sonnant de manière tout à fait convaincante et sans agressivité dans le répertoire Baroque.

I-Grand-orgue (56 notes)       II-Positif (56 notes)       Pédale (30 notes)
Montre 8'                                   Bourdon 8'                       Soubasse 16'
Prestant 4'                                 Flûte 4'
Doublette 2'                               Tierce 1' 3/5
Plein-jeu II rgs                           Larigot 1' 1/3
Basson-Hautbois 8'

Tirasses: I, II
Accouplement: II/I


Epiniac

Eglise Saint-Pierre

Orgue portatif Louis Debierre, commandé par la paroisse d'Epiniac et construit en 1879. Il s'agit du N°24 sur les quelques 434 instruments instruments portatifs et polyphones sortis des atelier Debierre.
Relevé par Yves Sévère en 1971, avec modification d'un jeu.

Manuel (56 notes)

Basses                                           Dessus
Quintaton 16' (Ut2)                       Quintaton 16'
Bourdon 8'                                      Flûte harmonique 8'
Prestant 4'                                      Prestant 4'
                                                         Doublette 2'*
                                                         Trompette 8'

Clavier transpositeur
Appel combinaison par registres tournants.
Coupure entre Si2/Ut3

Diapason: 435 Hz
* : Ancienne voix céleste, décalée et recoupée par Y.Sévère.

 

Ce modèle faisant parti de la première série des orgues portatifs Debierre, n'est pas encore équipé du système des tuyaux "polyphones", qui feront leur apparition peu d'années après. 


Un orgue à la puissance très surprenante, chantant de manière très ample dans chaque recoins de l'église d'Epiniac, dont l'acoustique réverbérant accentue l'effet, donnant ainsi l'illusion d'un instrument nettement plus grand.

Après de nombreuses années sans entretien, l'instrument est désormais entretenu par le facteur d'orgue Guillaume Besnier. En attendant un complet dépoussiérage de l'instrument, dans un futur que nous souhaitons proche. 

Cherrueix

Eglise Notre-Dame

Orgue polyphone Gloton-Debierre, construit en 1939 (porte le N°393) pour l'église du Sacré-Cœur de Cholet. Il sera modifié en 1972 par Beuchet-Debierre, qui modifiera profondément la composition instrumentale. En 1990, il devient la propriété du facteur d'orgue Marc Hedelin, qui le revend en 1995 à la Paroisse Sainte-Bernadette de Lourdes. Il est finalement vendu à la commune de Cherrueix en 2003, sur l'initiative de l'organiste Samuel Carré (en remplacement d'un précédent orgue de salon de 2 jeux construit par Millot-Jacquard). L'instrument est installé et remis en état par Michel et Gilbert Pesce.

Clavier manuel (56 notes)

Basses                              Dessus
Bourdon 16'                      Bourdon 16'
Principal 8'                        Principal 8'
Bourdon 8'                         Bourdon 8'
Prestant 4'                         Prestant 4'
Trompette 8'                      Doublette 2'
                                            Cornet II rgs
                                            Trompette 8'

Pédalier (30 notes)
Tirasse permanente

Octave aiguë I/I 4'

Combinaison par boutons tournants. 
Clavier transpositeur.

Coupure entre Si2/Ut3

Diapason: 441 Hz


Instrument jouable, mais non entretenu depuis de nombreuses années.